Pêche : Annick Girardin dénonce la "mauvaise volonté" du Royaume-Uni

·1 min de lecture

Interdiction de débarquement", contrôles douaniers accrus : la décision est tombée. La France a annoncé l'entrée en vigueur mardi prochain de premières mesures de rétorsion contre les îles anglo-normandes et Londres, qui les a jugées "décevantes" et "disproportionnées" par rapport au conflit qui les oppose sur le nombre de licences accordées aux pêcheurs français après le Brexit. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a aussi évoqué une riposte graduelle, avec une possible "deuxième série de mesures", "notamment des mesures énergétiques qui ont trait à la fourniture d'électricité pour les îles anglo-normandes". 

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

"Le Royaume-Uni n'assume pas sa signature"

Ces sanctions ont été mises à exécution dès la nuit de mercredi à jeudi avec la verbalisation de deux navires britanniques dans la Manche. Le premier bateau a été verbalisé pour entrave aux contrôles et le deuxième parce qu'il ne figurait pas sur la liste des navires licenciés. Invitée d'Europe Midi jeudi, Annick Girardin, ministre de la Mer a dénoncé la "mauvaise volonté" du Royaume-Uni.

"Au soir de l'acceptation de cet accord concernant la pêche, le président de la République a rappelé que nous serions aux côtés des pêcheurs pour défendre leurs intérêts et les accompagner avec un plan de 100 millions d'euros. Depuis neuf mois, Clément Beaune et moi travaillons avec les professionnels et les élus de tous les territoires pour obtenir les licences. Ca concerne...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles