De la pêche à la dégustation, tout savoir sur les moules de bouchot

·1 min de lecture

Souvent plus ferme et plus charnue que les autres, la moule de bouchot est reconnue pour sa qualité, qui ne doit rien au hasard (ou presque). C'est ce que nous expliquent Laurent Mariotte et ses chroniqueurs dans l'émission La Table des bons vivants. Ils sont allés pour l'occasion du côté de la baie du Mont-Saint-Michel à la rencontre de Nicolas Lebeau, pêcheur et président du comité moules de bouchot de la baie. Prêt à embarquer ? 

Petit précis

"Contrairement à ce que certains pourraient penser, 'bouchot' n'est pas une appellation, c'est une technique de culture de la moule", explique Olivier Poels. "Au 13e siècle, un navigateur qui s'appelle Patrick Walton fait naufrage et cherche par tous les moyens à se nourrir. Il plante des grands pieux de bois dans la mer avec une sorte de filet en se disant qu'il va pouvoir attraper des oiseaux marins et peut-être un peu de poisson au moment où la mer va reculer."  Mais il n'en est rien. À la place, le navigateur constate que ses pieux sont pleins de moules venues s'agripper. Ce qui donne naissance à une technique de culture de la moule : la moule de bouchot. 

Aujourd'hui, la technique a un peu évolué comme l'explique Nicolas Lebeau, pêcheur de moules de bouchot de la baie du Mont-Saint-Michel : "On a une grue hydraulique à bord du bateau avec un panier au bout qui nous permet d'aller pêcher les moules sur le pied. C'est comme le jeu du grappin de la fête foraine. La seule différence, c'est qu'effectivement, nous, on gagne à chaque fo...


Lire la suite sur Europe1