Le pétrole vient-il des dinosaures ?

MARK GARLICK/MGA/Science Photo Library via AFP

Le pétrole, un antique smoothie de dinosaures ? C'est notre question de la semaine. Pour y répondre, focus sur l'histoire de la formation du pétrole et les indices scientifiques pour le dénicher dans le sous-sol de la Terre.

"Le pétrole aurait-il existé sans l'extinction massive des dinosaures ?", nous demande David Campoy sur notre page Facebook. C'est notre question de lecteur de la semaine. Pour y répondre, nous vous proposons de (re)découvrir ci-dessous notre article et notre vidéo sur la formation du pétrole, publiée initialement en 2019.

"La proportion de dinosaures dans le volume total de matière organique est infime"

Le pétrole serait-il un antique smoothie de dinosaures, comme le prétend une croyance populaire ? Que nenni, répondait en 2019 Oksana Melnikova, géologue chez Gazprom Neft à Saint-Pétersbourg : "La proportion de dinosaures dans le volume total de matière organique est infime, c’est loin d’être suffisant pour créer du pétrole !"

Mais alors, d’où vient ce précieux élixir ? "Il y a plusieurs théories, poursuivait la chercheuse. La plus communément admise est celle de l’origine organique." Selon cette hypothèse, le pétrole serait le fruit de la décomposition de quantités colossales de matière organique. Et cette ressource se trouve majoritairement... dans nos océans. "Imaginez une soupe très riche en matière organique", expliquait Olsana Melnikova. Les grumeaux seraient le plancton. A leur mort, les organismes planctoniques précipiteraient en pluie au fond des océans et seraient ensuite enfouis sous une couche imperméable de schiste argileux, connu sous le nom de "shale". "Le plancton donne du pétrole alors que les plantes donnent du gaz naturel, c'est une histoire de chimie", précisait la géologue.

Contrairement à une idée reçue, ce pétrole ne résiderait pas sous forme de lacs souterrains. Il circulerait dans les pores de la roche comme de l'eau dans une éponge, à une profondeur très spécifique : "entre 2 et 5 km de profondeur ; au-delà, il brûle", indiquait la chercheuse. L'or noir ne se trouve pas non plus dans n'importe quelle roche, mais dans du calcaire ou du grès, qui n'est autre que du sable fossilisé. "Et où trouve-t-on le plus de sable dans le monde ? Dans le [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi