Le pétrole russe continue de s’écouler au Royaume-Uni

LINDSEY PARNABY/AFP

Mai 2022, une cargaison de pétrole quitte le port russe de Touapsé, sur la mer Noire. Quelques semaines plus tard, le carburant arrive à destination : Immingham, sur la côte nord-est de l’Angleterre. “Pourtant, relève The Sunday Times, selon les statistiques officielles, aucune importation de pétrole russe n’a eu lieu au mois de juin de cette année. Et sans qu’aucune règle de déclaration n’ait été enfreinte.”

Car entre le 6 mai et le 4 juin, la cargaison a été transférée sur un autre navire au large du port grec de Kalamata. Ce type d’opération, déjà employé par l’Iran et le Venezuela pour contourner les embargos, “a fortement augmenté depuis le début de la guerre en Ukraine”, précise l’hebdomadaire londonien, sur fond de sanctions et de boycott des produits russes. Ainsi mélangé à d’autres barils, l’hydrocarbure devient plus difficile à identifier.

Et une faille dans la législation britannique permet de brouiller un peu plus les pistes. “Si toutes les informations sur la provenance sont collectées par les douanes du Royaume-Uni, l’origine d’une importation est officiellement établie à travers le pays d’expédition et non le pays où la marchandise a été produite, indique The Sunday Times. Un conteneur de produits fabriqués en Chine mais exportés au Royaume-Uni par une entreprise allemande peut par exemple être étiqueté comme étant allemand.”

Une étude approfondie des données fournies par les autorités a permis au journaliste Laith Al-Khalaf d’identifier depuis mars 39 cargaisons de pétrole venues de Russie, mais classées comme provenant d’un autre pays, souvent les Pays-Bas, la Belgique ou même la France. Pour une valeur de 200 millions de livres (230 millions d’euros), alors que le total des importations d’hydrocarbures russes s’élève à 778 millions de livres (893 millions d’euros) pendant la même période.

L’importation de pétrole russe deviendra illégale au Royaume-Uni à partir du 5 décembre. “Mais jusqu’à cette date, les entreprises qui acquièrent ouvertement du pétrole russe n’en mettent pas moins leur réputation en danger.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :