La pétition "Noël sans Amazon" piratée, un consultant du géant américain suspecté

·3 min de lecture

Une pétition un "Noël sans Amazon", cosignée par les députés François Ruffin et Matthieu Orphelin, a été piratée. Après de longues heures de recherche, la piste d'un consultant d'Amazon a été remontée.

Répondez à quelques questions pour participer à Europe Talks et dialoguer avec un autre Européen

Les signataires de la pétition "Noël sans Amazon" souhaitaient médiatiser leur cause, c'est désormais chose faite. Lancée mardi 17 novembre sur la plateforme We Sign It par deux députés français, Matthieu Orphelin (ex-LREM) et François Ruffin (LFI) ainsi que des associations contre le géant américain de vente en ligne, la lettre pétitionnaire a été victime d'une "cyberattaque de grande ampleur". "Il ne s'agit pas d'un simple problème informatique, mais d'un vrai problème démocratique, confie Matthieu Orphelin à France 24. On essaie de faire entrave au droit de pétition et par là-même de faire taire des opinions."

Déjouée après "de longues heures de travail", l'attaque a été perpétrée dans la nuit de mardi à mercredi "par le biais de 218 serveurs appartenant à une même personne dont l'identité a pu être retrouvée", détaillent les élus dans un communiqué. Le site We Sign It et son hébergeur Octopus, qui ont conjointement mené l'enquête, ont découvert que l'auteur du piratage était un consultant travaillant pour Amazon. L'auteur, qui dirige plusieurs sociétés informatiques, spécialisées en "e-réputation", en "marketplace", lobbying et e-marketing, est certifié Amazon Web Services, sorte de label accordé par le groupe à de nombreux professionnels. Pour l'heure, il est encore trop tôt pour dire si Amazon est directement impliqué ou commanditaire de cet acte de malveillance.

"Une ingérence dans le débat public"

De leur côté, les deux députés n'ont pas encore décidé s'ils allaient déposer plainte. "On se laisse la semaine pour savoir si l'on porte l'affaire devant la justice. C'est une discussion que l'on doit avoir avec nos avocats", a poursuivi le député. "En attendant, nous attendons que le responsable informatique nous contacte pour nous dire si oui ou non, il a lui-même été victime d'une attaque, mais à ce jour, il ne nous a toujours pas contactés."

Une chose est sûre, le préjudice est réel. "Plusieurs dizaines de milliers de contributions frauduleuses ont été ajoutées, dans une tentative de surcharger le serveur hébergeant la pétition, afin de le rendre inaccessible et de détériorer le comptage et la base de données des signataires", déplorent les deux députés à travers une vidéo qu'ils ont faite pour expliquer leur mésaventure. Il s'agit par ailleurs d'une tentative d'ingérence dans le débat public en vue de briser une dynamique de mobilisation citoyenne, sur le sujet très sensible du développement d'Amazon en France et de la promotion de ses alternatives", poursuivent les deux élus.

"Un débat public"

Des responsables politiques de gauche et écologistes, comme la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) ou le maire de Grenoble Éric Piolle (EELV), des personnalités du monde de la culture et des associations se sont associés à cette pétition, pour s'engager à ne pas recourir à la plateforme Amazon pendant la période de Noël. Les pétitionnaires, qui dressent un sombre tableau des conséquences sociales, fiscales et environnementales du développement d'Amazon, plaident pour privilégier le recours aux commerces de proximité ou à l'économie circulaire pour les cadeaux de Noël. Ce, alors que l'ouverture des petits commerces est suspendue à l'évolution de la situation sanitaire face à l'épidémie de coronavirus Covid-19.

La requête a recueilli vendredi plus de 30 000 signatures. "Nous n'avions pas forcément besoin de ce piratage pour faire parler de notre initiative, car il y a une vraie mobilisation, abonde Matthieu Orphelin. Il faut rappeler qu'Amazon ne paye quasiment pas d'impôt en France. Et que ce géant ne travaille qu'avec 5 % des PME françaises et leur prend 15 % de commission, c'est énorme, ils sont en train de casser notre économie. Ce n'est pas un simple questionnement, mais un véritable débat de société", conclut l'ex-député LREM.