Pérou: privé de ses dirigeants, le Sentier lumineux reste toujours présent

On entend de nouveau parler des vestiges du Sentier lumineux, parti communiste d'obédience maoïste qui a bouleversé l'histoire du Pérou par la terreur, avant d'être défait militairement au prix d'une répression aveugle. Vendredi 15 juillet, le ministère péruvien de la Défense a affirmé qu'un soldat avait été tué par des « criminels terroristes », des membres présumés des derniers restes de la guérilla.

Les faits se sont déroulés dans un lieu majeur de la coca, sur les hauteurs du district de Vizcatán del Ene, province de Satipo, dans la région de Junin. Par communiqué, le commandement conjoint de l'armée relate qu'un soldat est mort lors d'un affrontement avec des « criminels terroristes ».

« Ledit document indique que le sous-officier du troisième EP T/FFEE Macario Pacco Quispe, qui appartenait à la compagnie commando spéciale Lince n°2, a perdu la vie dans l'opération », rapporte la radio. La patrouille était composée de membres de l'infanterie et de la police nationale.

Le commandement conjoint « exprime ses plus sincères condoléances aux proches et réaffirme son engagement à poursuivre la lutte contre le terrorisme dans le cadre juridique actuel et dans le strict respect des droits de l'homme », peut-on lire dans le communiqué de l'armée.

Vestiges d'une lutte d'un autre temps

►À relire : Au Pérou, le corps d'Abimael Guzman incinéré après une intense polémique


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles