Pérou: le Premier ministre Anibal Torrès contraint à la démission

REUTERS - ANGELA PONCE

Le président du Pérou, Pedro Castillo, a accepté la démission de son Premier ministre, Anibal Torres, après que le Parlement dominé par la droite lui a refusé un vote de confiance.

La valse des ministres se poursuit au Pérou. « J'ai accepté la démission du Premier ministre, que je remercie pour son travail pour le pays, et vais nommer un nouveau gouvernement », a déclaré le président Castillo dans un message diffusé à la télévision publique.

Quelques heures avant l'annonce de la démission du Premier ministre, le président du Parlement, José Williams, un ancien militaire issu du parti de droite Avanza País, a annoncé son « refus catégorique » d'accorder le vote de confiance demandé par le Premier ministre de gauche, rapporte l'Agence France presse. Élu à la tête de l'assemblée en septembre dernier, le général à la retraite s'était rendu célèbre pour avoir libéré, en 1997, les otages retenus par un mouvement d'extrême gauche dans l'ambassade du Japon à Lima.

La démission d'Anibal Torrès intervient en plein nouvel affrontement entre l'exécutif de gauche et le Parlement, dominé par l'opposition de droite. Le chef du gouvernement avait proposé une réforme de la Constitution assouplissant l'organisation de référendums. La Constitution prévoit que si le Congrès rejette la confiance, le président doit recomposer son gouvernement. Si le Congrès rejette de nouveau la confiance alors le président devra dissoudre le Parlement et convoquer de nouvelles élections législatives.


Lire la suite sur RFI