Publicité

Pérou : fin des manifestations au Machu Picchu

L'ancienne citadelle inca de Machu Picchu dans la vallée de l'Urubamba, près de Cusco, le 21 avril 2023 au Pérou (Mariana SUAREZ)
L'ancienne citadelle inca de Machu Picchu dans la vallée de l'Urubamba, près de Cusco, le 21 avril 2023 au Pérou (Mariana SUAREZ)

Les manifestations qui ont perturbé pendant six jours le tourisme au Machu Picchu, site inca le plus visité au monde, ont pris fin mercredi après un accord entre le gouvernement péruvien et les habitants, ont annoncé les deux parties.

L'activité commerciale a repris au cours de la journée, tout comme le service ferroviaire, à l'arrêt depuis cinq jours.

"La grève a été levée", s'est félicitée la ministre de la Culture Leslie Urteaga à la radio RRP, au terme d'une rencontre avec les dirigeants du mouvement de protestation.

Un porte-parole des manifestants, Darwin Baca, a confirmé à l'AFP l'accord conclu avec le gouvernement et la fin des perturbations.

"Nous avons pris la décision de mettre fin à la grève illimitée (...) Les activités touristiques sont désormais normalisées", a-t-il indiqué.

Plus de 1.200 touristes avaient été évacués au cours du week-end du site inca classé au patrimoine mondial de l'humanité.

Les deux parties ont convenu de "l'annulation" de l'accord par lequel le gouvernement laissait la vente en ligne des billets d'entrée entre les mains d'un opérateur privé, selon la ministre.

Les manifestants jugeaient que cet accord constituait un premier pas vers la privatisation du site et affirmaient que l'entreprise choisie, Joinnus, allait engranger jusqu'à 3,2 millions de dollars par an de commissions grâce au nouveau système.

L'entreprise péruvienne Joinnus avait commencé le 20 janvier la commercialisation en ligne des billets d'entrée au site.

"La continuité du service de vente numérique est garantie pendant le processus de transition" vers une nouvelle plateforme gouvernementale, indique l'accord conclu entre le gouvernement et les manifestants.

Du fait du mouvement social, de nombreux commerces avaient baissé leurs rideaux dès jeudi et l'opérateur ferroviaire Ferrocarril Transandino avait suspendu vendredi sa desserte du site, qui était accessible seulement à pied.

Pour chaque jour de fermeture du site, les pertes sont d'un million de soles (environ 263.000 dollars), selon les données officielles.

Selon le ministère de la Culture, le nouveau système de vente de billets devait permettre de contrôler le flux de touristes et de préserver la citadelle, classée au Patrimoine mondial de l'humanité depuis 1983.

Le Premier ministre Alberto Otarola avait en outre affirmé qu'une "mafia" avait détourné à son profit l'actuel système de vente de billets aux guichets.

Il y a un an, les autorités avaient fermé l'entrée à la citadelle pendant 25 jours en raison des manifestations contre la destitution de l'ancien président Pedro Castillo, emprisonné après l'échec de sa tentative de dissoudre le Congrès.

Le complexe archéologique, situé à 130 kilomètres de la ville de Cuzco et à 2.438 mètres d'altitude, a été construit au XVe siècle sur ordre de l'empereur inca Pachacutec (1438-1470) et découvert en 1911 par l'explorateur américain Hiram Bingham.

En temps, normal, il accueille 4.500 touristes par jour en moyenne.

cm/vel/sf/mm