Pérou : cinq questions après le suicide d'un ancien président

franceinfo avec AFP
Alors que la police pénétrait dans son domicile pour le placer en détention provisoire, l'ancien chef d'Etat péruvien, Alan Garcia, s'est suicidé. Il était visé par une vaste enquête de corruption, au même titre que trois autres anciens présidents.

Au petit matin, mercredi 17 avril, des policiers se présentent au domicile de l'ancien chef d'Etat du Pérou, Alan Garcia, à Lima. L'homme de 69 ans les aperçoit, se dirige vers sa chambre en expliquant qu'il va appeler son avocat, et se tire une balle dans la tempe, comme le raconte le journal péruvien La Républica, cité par Courrier International.

Transféré immédiatement dans un hôpital de la capitale, il est décédé de ses blessures dans la journée. Trois jours de deuil national ont été décrétés par le gouvernement. La famille a cependant refusé d'accepter les honneurs d'Etat pour les obsèques, comme le veut la coutume pour les anciens présidents. Alan Garcia était sous le coup d'une enquête pour corruption menée par la justice péruvienne depuis un an. Franceinfo fait le point sur cette affaire qui éclabousse, au-delà du Pérou, la classe politique de plusieurs pays d'Amérique latine.

Qui était Alan Garcia ?

Dirigeant de l'Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA, social-démocrate), cet avocat de formation a été le plus jeune président de la République péruvien, de 1985 à 1990, avant d'être réélu de 2006 à 2011. Entre ses deux mandats, il s'est réfugié en France jusqu'en 2001, alors que son successeur souhaitait l'arrêter.

Que lui reprochait la justice ?

Alan Garcia était poursuivi pour blanchiment d'argent présumé dans le cadre d'une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi