Pérou: Bryan Russell, atteint de trisomie 21 et candidat aux législatives

Au milieu d’une campagne qui ne provoque pas l’enthousiasme, les élections législatives extraordinaires de ce dimanche 26 janvier au Pérou ont au moins mis un visage sur le devant de la scène nationale et internationale : celui de Bryan Russell, premier candidat au monde à une élection législative atteint du syndrome de Down.

Avec notre correspondant à Lima, Éric Samson

Sa campagne a beau être austère, basée essentiellement sur la répartition d’affiches dans les rues de Lima, Bryan Russell n’a besoin que de son visage pour incarner la représentation d’un groupe traditionnellement marginalisé au Pérou. Faisant partie des 11 personnes atteintes de la trisomie 21 qui, dans le monde, ont terminé des études supérieures, Bryan Russell n’est pas candidat par hasard.

« Je me suis intéressé à la politique à cause de la corruption dans le pays. Les gens se plaignent, les gens manifestent, mais concrètement ils ne font rien. Moi je crois que les gens du peuple comme moi doivent participer à la vie politique de manière active », clame-t-il.

Au-delà des textes de loi et de la Constitution, qui reconnaissent les droits des personnes handicapées, Bryan Russell veut agir pour les faire appliquer concrètement. « Je veux commencer par l’éducation, c’est fondamental. Notre modèle ne prévoit qu’une éducation spéciale pour les personnes handicapées alors que beaucoup pourraient suivre des cours “normaux”. Notre modèle ne doit plus exclure les handicapés ».

► À écouter aussi : La Trisomie 21, est-ce une maladie ?

Dans les locaux de la Société péruvienne du syndrome de Down, cette candidature provoque un afflux soudain de médias, au plus grand plaisir de Patricia Andrade, coordinatrice Droits et citoyenneté de la fondation : « C’est une très bonne nouvelle, car au-delà du résultat de l’élection, cela donne de la visibilité au fait que les personnes atteintes du syndrome de Down ont des choses à dire sur comment elles veulent être intégrées à la société ». Un résultat qui pour elle et tous les membres de la campagne fait déjà de Bryan Russell un vainqueur, qu’il siège au Congrès péruvien ou non.

À écouter aussi : le reportage de notre correspondant à Pachacutec, dans la banlieue de Lima, où les échos de la camapgne sont très assourdis