Pérou: après un an au pouvoir, le président Castillo doit trouver un nouvel élan

Ce jeudi 28 juillet, cela fait an que le président péruvien Pedro Castillo est au pouvoir. Un jour qui coïncide avec la fête nationale. Mais pour Castillo, il y a peu de choses à célébrer. Il achève une année mouvementée, marquée par de très nombreux changements de ministres et, surtout, un record de cinq enquêtes judiciaires ouvertes contre l'ancien syndicaliste et enseignant. Au plus bas de sa popularité, Pedro Castillo doit trouver un nouvel élan pour la suite de son mandat, sachant que le Parlement ne lâche pas la pression et espère le faire destituer dans un avenir proche.

Lorsque Pedro Castillo prendra la parole ce jeudi devant les parlementaires, à l'occasion de la fête nationale, l’ambiance sera tendue. En mars dernier, il a échappé à une destitution, parce que les partis politiques, très fragmentés, n'ont pas réussi à réunir les 87 voix nécessaires. Les observateurs doutent qu'il puisse se maintenir encore très longtemps au pouvoir.

Ses prédécesseurs, Pedro Pablo Kuczynski et Martin Vizcarra, avaient survécu à une première tentative de destitution, mais pas à la seconde. Comme Pedro Castillo, ils étaient accusés de corruption. Le président actuel collectionne les enquêtes judiciaires : cinq ont été ouvertes contre lui depuis un an. Un comble pour celui qui a fait de la lutte contre la corruption une priorité de sa campagne électorale.

► À lire aussi : Pérou: sur fond de tensions sociales, le président propose de réunir une assemblée constituante


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles