Les pénuries de carburants, casse-tête pour un établissement de soins anglais

·2 min de lecture

Problèmes de personnel, activités annulées, rendez-vous manqués à l'hôpital: au foyer pour adultes handicapés de Chipstead Lake, dans le sud-est de l'Angleterre, les pénuries de carburants actuelles tournent au casse-tête.

Alors que le Royaume-Uni entre dans une deuxième semaine de crise marquée par de longues files d'attente aux stations-service, les soignants et travailleurs de secteurs clés sont exaspérés et demandent un accès prioritaire aux pompes pour pouvoir aller travailler. Pour le personnel de Chipstead Lake, les conséquences sont très concrètes. Certains n'ont pas pu venir travailler faute d'essence, d'autres ont passé des heures à rechercher des stations ouvertes ou à faire la queue pour se ravitailler, ajoutant à la fatigue et au stress de leur profession.

"Faire le travail de deux personnes"

Emi Macaulay, employée de 35 ans qui vit à une trentaine de kilomètres de l'établissement, confie ainsi avoir manqué le travail plusieurs jours : "Je n'arrivais pas à trouver de l'essence", explique-t-elle à l'AFP. Partir à la recherche de carburant le soir ou tôt le matin, "c'est vraiment stressant", confie-t-elle. "Est-ce que ça va durer jusqu'à Noël ? Je ne sais même pas." Les pénuries d'essence ont commencé la semaine dernière, après que des distributeurs ont évoqué des problèmes d'approvisionnement dus au manque de conducteurs. Les professionnels estiment que le Royaume-Uni manque de 100.000 chauffeurs routiers en raison de la pandémie et du Brexit.

Inquiets de se retrouver à sec, les automobilistes se sont rués vers les stations, débordées. Malgré les appels au calme et signes de "stabilisation" évoqués par le gouvernement, plus du quart des stations indépendantes étaient encore à sec jeudi. L'absence de certains employés "a des conséquences pour les résidents, car ils doivent attendre plus longtemps pour recevoir des soins, mais aussi pour le personnel qui est de service et doit travailler davantage, ce qui l'épuise", constate Linda Addo, la directrice de Chipstead Lake. Elle souligne que ceux présents doivent "faire le travail de deux personnes".

Période "angoissante"

Emi Macaulay n'a pas pu venir travailler tous les jours. (AFP - Joe JACKSON)
Emi Macaulay n'a pas pu venir travailler tous les jours. (AFP - Joe JACKSON)

Emi Macaulay n'a pas pu venir travailler tous les jours. (AFP - Joe JACKSON)

Dans un autre établissement qu'[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles