Pénurie de soignants : à Hénin-Beaumont, les services d'urgence fermés la nuit durant l'été

·1 min de lecture

Les services hospitaliers, à l'heure estivale. Tandis que la crainte d'une quatrième vague laisse craindre des établissements de santé à nouveau saturés, la période d'été entraine de nombreux ralentissements dans d'autres services, faute de soignants. A Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, par exemple, les urgences sont fermées la nuit depuis début juillet et jusqu'à la fin du mois d'août, pour la première fois. Un coup dur pour les riverains, qui craignent la rupture de soin, et pour le personnel.

>>Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Devant la polyclinique d'Hénin-Beaumont, Christian a rendez-vous pour une radio. Cette Héninois regrette la fermeture du service de secours. "Qu'est-ce qu'on va faire si on n'a plus d'urgence ? Où on va aller ?", s'interroge-t-il. "On va devoir s'éloigner encore plus loin pour se faire soigner. Ce n'est pas possible".

Désormais, les patients qui appellent le Samu la nuit sont redirigés vers quatre hôpitaux aux alentours. Pour ceux qui viennent spontanément aux urgences, un accueil minimum est assuré, mais les habitants sont appelés à ne plus s'y présenter. Cette fermeture, c'est un véritable coup dur pour Karine Humbert, cheffe par intérim des urgences d'Hénin-Beaumont. "Ça m'attriste beaucoup", dit-elle, déplorant la dégradation du service rendu à la population.

Manque de personnel et congés concentrés

Cette responsable n'a pas eu le choix, faute de personnel. Entre les arrêts maladie, les démissions et les difficu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles