Pénurie de masques : en privé, Emmanuel Macron jette une pierre dans le jardin de François Hollande

La propagation du coronavirus en France provoque l'arrivée d'une vague de malades dans les hôpitaux. Dans ce contexte d'urgence où les infections doivent être limitées, les médecins ainsi que chaque personne en contact avec d'autres personnes au travail, peinent à acquérir des masques de protection. A cause de cette pénurie qui cause une insécurité, de nombreux professionnels de santé partagent leur colère. Alors que 12,3 millions de masques dont 1,6 million de FFP2 ont été livrés pour les professionnels libéraux, la Chine a envoyé un million de masques à la France.

Comment cette pénurie a-t-elle pu être causée ? Dix ans auparavant, la France possédait un milliard de masques chirurgicaux et 600 millions de masques FFP2. Un chiffre qui est descendu à 140 millions pour les premiers masques au début de la pandémie en France. Dans sa chronique sur Europe 1 ce vendredi 20 mars, Michaël Darmon est revenu sur le moment où tout a basculé.

Face à la gestion de ces masques à l'époque, en 2011, est décidé de ne pas renouveler les stocks de masques FFP2. En 2013, une nouvelle doctrine laisse ces masques à la responsabilité des employeurs public comme privé. Le stock des masques chirurgicaux est lui attribué aux réserves de l’État. Progressivement, ce stock n'a pas été renouvelé. Face au manque de masques aujourd'hui, Emmanuel Macron "cible son prédécesseur (...) en privé". Et souligne "qu’il est le premier Président à s’occuper des masques, une pierre dans le jardin de François Hollande".

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTOS - Comment porter le smoking pour femmes ?
Meghan Markle et Harry, ce nouveau rapprochement remarqué avec William et Kate
Claude Barzotti très affaibli : “Je me fais l’impression d’être une pompe à vélo tant j’ai du mal à respirer”
"Madame j’ai la trouille" : Jean-Luc Mélenchon moqueur face à Marine Le Pen
Patrick Bruel, confiné, donne un concert depuis son salon