Pénurie de médicaments : les industriels n'ont pas su « anticiper » le besoin, selon François Braun

© REUTERS/Gonzalo Fuentes

Depuis plusieurs semaines, les stocks de certains médicaments essentiels, tels que des antibiotiques et des corticoïdes, ou encore des références de sirops pour la toux, s’effondrent. L'amoxicilline , le Doliprane et bien d'autres manquent dans les armoires des pharmacies françaises. Et la pénurie peine à se résorber, comme le constatent en premier lieu les consommateurs démunis. Sur le plateau de Télématin, jeudi, François Braun s'est dit « préoccupé » par ces tensions sur l'approvisionnement. Alors que la demande est en forte hausse en raison de la triple épidémie (grippe, bronchiolite et Covid) impactant l'Hexagone, avec notamment l'augmentation de 13 % de la consommation de paracétamol, le ministre de la Santé et de la Prévention a estimé que ces besoins et ces phénomènes grippaux n'ont « pas été anticipés par les industriels ».

« Ils réagissent », a toutefois tenu à rassurer le successeur d'Olivier Véran. « Nous sommes, entre guillemets, sur le dos. Ils font tourner leurs chaînes 24 heures sur 24 », a-t-il poursuivi. Questionné sur une éventuelle date d'un retour à la normale des livraisons, le membre du gouvernement a choisi de rester dans le vague, expliquant être dans l'attente d'un inventaire concret : « Il y a le retour à la normale dans les stocks et il y a le retour à la normale dans les pharmacies, qui sont deux choses différentes. Nous sommes en train de regarder de près ces différences de stocks. »

Lire aussi - Pénurie d'antibiotiques : « Si on continue de con...


Lire la suite sur LeJDD