Pénurie d’énergies en France: vers des délestages cet hiver?

Emmanuel Macron a réuni, ce vendredi matin 2 septembre, ce que l'Élysée appelle un Conseil de défense sur l'énergie. Objectif : faire le point sur l'approvisionnement en gaz et en électricité. L'été touche à sa fin en Europe et cette question devient plus sensible. La France a quasiment fini de remplir ses stocks de gaz, mais des pics de froid pourraient provoquer des tensions si par ailleurs les économies d'énergies ne sont pas suffisantes. Quant à l'électricité, bon nombre de réacteurs nucléaires sont à l’arrêt et la sécheresse a réduit les stocks hydrauliques. Résultat : la possibilité de délestages cet hiver est parfois évoquée.

Les délestages de gaz et d'électricité ne s'organisent pas de la même manière. Pour l'électricité, avant d'en arriver au délestage, RTE, l'entreprise qui gère le Réseau de transport d'électricité de France, dispose de plusieurs moyens : demander aux citoyens de réduire volontairement leur consommation, suspendre la fourniture à des sites industriels qui sont rémunérés pour cela ou encore baisser la tension sur le réseau.

Si cela ne suffit pas, des délestages peuvent intervenir. Le courant serait alors coupé pendant maximum deux heures et sur des plages horaires spécifiques ; les foyers privés d'électricité à tour de rôle. À noter que les usagers dits « sensibles » comme les hôpitaux seront exemptés. Les malades à hauts risques traités à domicile peuvent aussi se signaler pour bénéficier d'une information particulière.

Quid du gaz ?

En ce qui concerne le gaz, impossible d'organiser des coupures à distance et hors de question de demander aux ménages d'arrêter eux-mêmes l'installation : cela serait trop dangereux.


Lire la suite sur RFI