Pénurie : bientôt plus de fraises sur les étals ?

Avec la crise qui découle du conflit entre la Russie et l'Ukraine, les prix des denrées montent. L'huile de tournesol, devenue rare, voit ses prix exploser, au même titre que la moutarde et le blé. Mais ce n'est pas le seul facteur qui perturbe les habitudes alimentaires des Français. Les températures cette année sont un peu plus chaudes que les années précédentes. Or, qui dit sécheresse dit mauvaises récoltes. Mardi 24 mai 2022, franceinfo est parti à la rencontre de maraîchers et de producteurs de fraises. Les températures printanières, au-dessus des normales de saison, n'ont pas été tendres avec leurs plantations. Si bien qu'ils ont été contraints de se séparer d'une large portion de leur marchandise, en particulier les fraises. Les fruits stars de l'été risquent donc de connaître un démarrage difficile sur les étals.

Températures trop élevées et manque de personnel... Les exploitants confient leur désarroi à nos confrères. "La chaleur que l'on subit depuis trois semaines, où on a des températures de 10 voire 15 degrés au-dessus de la normale, fait que les fraises mûrissent en deux jours. C'est-à-dire qu'il faudrait passer trois fois par semaine pour pouvoir récolter, et pour cela il faudrait qu'on soit exactement trois fois plus de salariés", explique Laurent Dirat, un agriculteur. "On jette énormément. On jette l'équivalent de 70% de marchandise. C'est énorme, ce n'était jamais arrivé et ça fait mal au cœur", raconte Chaouki Sabani. Les fraises trop mûres sont invendables (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles