Pékin teste massivement sa population face à la propagation du variant Omicron

·3 min de lecture

Pour la troisième journée consécutive, les contaminations Covid sont en léger recul à Shanghai et c’est désormais vers Pékin que les regards se tournent. Dans la capitale, les cas se multiplient et la quasi-totalité des 22 millions d’habitants de la ville doit se faire tester.

De notre correspondant à Pékin,

16 districts, soit 90% des habitants de la capitale, sont concernés par ce dépistage massif, selon le journal Huanqiu. Et pour de nombreux Pékinois ce mardi matin, c’était de nouveau l’appel du PCR au haut-parleur. « L’aube se lève, réveillez-vous les gens », lance ainsi une agente sanitaire en combinaison de protection intégrale dans l’un de ces nombreux « réveils au mégaphone » qui ont tourné sur les réseaux. « Pour celles qui rêvent, pour ceux qui ronflent ou celles et ceux qui préparent le déjeuner en pyjama, dit encore cette dernière, c’est l’heure des tests Covid ! ».

315e conférence de prévention et de contrôle

Ce qui est joliment dit sur les partages en ligne est en réalité assez contraignant. Depuis lundi 25 avril, de longues files d’attente se sont reformées sur les trottoirs de la capitale. Des barrières et des tentes blanches marquent généralement ces centres de tests provisoires où, vu l’affluence, certains ont dû patienter plus de deux heures.

C’est la plus grande campagne de dépistage du Covid-19 organisée dans la capitale depuis le début de la pandémie. Les autorités de la ville sont inquiètes. « Afin de freiner les risques de propagation, il a été décidé d'élargir le champ du dépistage », a confirmé lundi soir le directeur de la propagande du comité municipal du parti de Pékin dans des propos rapportés par le Beijing News. Quatre-vingts cas ont été découverts en quatre jours, notamment parmi des collégiens, des groupes de personnes âgées ou des ouvriers du bâtiment.

Mais le virus a circulé pendant « au moins une semaine » avant d’être détecté, ont également expliqué les autorités locales de la santé lors de la 315e conférence de presse de prévention et de contrôle de la pneumonie virale à Pékin. Dans cette course contre la montre face au rebond du variant Omicron, la municipalité a en tête l’exemple de Canton et de Shenzhen, où la mise en place rapide des restrictions sanitaires a permis de contenir en partie les foyers d’infections.

Mesures « modérément strictes »

Les mesures mises en place à Pékin sont pour l’instant qualifiées de « modérément strictes ». Il n’empêche que plusieurs zones d’habitations et de bureaux sont déjà « scellées », notamment dans le grand district de Chaoyang. « Je ne peux pas venir à l’école aujourd’hui. Ma résidence est fermée en raison des mesures de prévention de l’épidémie », annonce une enseignante sur la messagerie WeChat aux parents de ses élèves.

Le télétravail est recommandé tandis que les activités extra-scolaires, les expositions, les concerts, les compétitions sportives et les banquets de mariage sont suspendus. Car bien évidemment, le contre-exemple pour les autorités, c’est ce qu'il se passe à Shanghai depuis un mois et les Pékinois peuvent remercier les Shanghaiens pour l’expérience qu’ils leur ont apportée.

Omicron a, semble-t-il, changé la donne, car en cas de flambée épidémique désormais, même les villes de « catégorie 1 » peuvent se retrouver sous cloche du jour au lendemain, ce qui a provoqué lundi matin un vent de panique dans les supermarchés.

Sur le principal marché de gros de Xinfadi, où avait été découvert un foyer Covid au printemps 2020, un maraicher raconte à la presse d’État que le prix du panier d’aubergines a grimpé de 100 à 150 yuans (près de 22 euros), car les clients commandent un tiers de plus que d’habitude en prévision d’un possible confinement. « Quelques cas de contamination Covid ne me font pas peur, plaisantait hier un internaute sur le réseau Weibo, mais si tout le monde se met à ramener des sacs de riz et de farine à la maison, cela me fait paniquer ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles