Répression des Ouïgours : Paris s'insurge de la réaction de Pékin

Source AFP
·1 min de lecture
Washington a sanctionné deux responsables chinois, Wang Junzheng et Chen Mingguo, qui sont associés à de « graves violations des droits humains », dont « des détentions arbitraires et une grave maltraitance physique ».
Washington a sanctionné deux responsables chinois, Wang Junzheng et Chen Mingguo, qui sont associés à de « graves violations des droits humains », dont « des détentions arbitraires et une grave maltraitance physique ».

La Chine a imposé des sanctions à dix députés européens, dont le Néerlandais Sjoerd Sjoerdsma, le Français Raphaël Glucksmann et l'Allemand Reinhard Bütikofer, qui ont de leur côté également sanctionné Pékin pour la persécution des musulmans ouïgours dans la région du Xinjiang. Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont inscrit quatre dirigeants chinois et une entité de cette région sur une liste réservée aux violations des droits humains. Paris a réagi fermement à la réaction de Pékin, jugeant « inacceptable » ces sanctions contre les dix ressortissants européens (dont l'eurodéputé français Raphaël Glucksmann), et convoquant Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.

Par ailleurs, le ministère français des Affaires étrangères a dénoncé les « propos inacceptables » de l'ambassade de Chine envers un chercheur et des parlementaires français. « Petite frappe », « hyène folle », « troll idéologique » : l'ambassade s'est déchaînée ces derniers jours contre Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), à qui elle reproche ses positions « antichinoises ».

De leur côté, les États-Unis ont aussi haussé le ton. Washington a sanctionné deux responsables chinois, Wang Junzheng et Chen Mingguo, qui sont associés à de « graves violations des droits humains », dont « des détentions arbitraires et une grave maltraitance physique », dans la répression des Ouïgours.

Londre [...] Lire la suite