Pékin menace les États-Unis en cas de visite de Nancy Pelosi à Taïwan

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Malaysian Department of Information/Nazri Rapaai/Handout/REUTERS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La tension monte entre Washington et Pékin. Ce mardi, Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, est arrivée en Malaisie. Il s’agit de la deuxième étape d'une tournée asiatique après une visite à Singapour et avant de s’envoler pour la Corée du Sud et le Japon. Mais après avoir atterri sur une base aérienne malaisienne, le flou règne toujours quant à un potentiel arrêt à Taïwan mercredi, souligne l’AFP. Une étape qui, si elle se confirme, déplait fortement à la Chine qui a d’ores et déjà averti que les États-Unis porteront la « responsabilité » d'une telle visite à Taïwan qu'ils devront en « payer le prix ».

Lire aussi - La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, va-t-elle se rendre à Taïwan ?

Devant la presse, une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, a déclaré que « les États-Unis auront assurément la responsabilité (des conséquences) et devront payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine. » Ces menaces ne sont pas nouvelles de la part de Pékin qui considère l'île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire. Le régime chinois a plusieurs fois mis en garde Washington contre une visite de la haute responsable qui serait vécue comme une provocation majeure. Pour le moment, rien n’indique que Nancy Pelosi se rendra à Taïwan mercredi, mais le porte-parole de la Maison-Blanche a tout de même estimé qu’elle avait « le droit de visiter Taïwa...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles