Pékin durcit le ton sur Taïwan après les manoeuvres militaires en mer de Chine

·1 min de lecture

Suite à l’intensification des activités militaires ces derniers jours, un porte-parole de l’Armée populaire de libération affirme ce jeudi 28 janvier que les forces chinoises sont prêtes à répondre à toutes provocations et « ingérence étrangère ».

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Après le choc de la démonstration de forces de ces derniers jours, le poids des mots et des menaces. Pour la Chine populaire, « l’indépendance signifie la guerre » a martelé Wu Qian, et « ceux qui jouent avec le feu se brûleront ».

Selon le porte-parole du ministère chinois de la Défense, le déploiement le week-end dernier d’avions de combats et de bombardiers dans la zone d’identification et de défense aérienne de Taïwan est « une réponse aux ingérences extérieures » et à la « poignée de personnes » qui cherchent à obtenir l’indépendance de l’île.

Une question taïwanaise toujours très sensible

Ces mots au lance-pierre s’adressent d’abord à la nouvelle équipe à la Maison Blanche. Joe Biden venant de réaffirmer l’engagement « solide comme un roc », selon le président américain, des États-Unis auprès des Taïwanais. Une provocation pour Pékin qui considère que Taïwan fait partie des intérêts vitaux de la Chine.

Le départ de Donald Trump a fait retomber les tensions commerciales, la rébellion hongkongaise s’est vue imposer une loi de sûreté identique à celle du continent, mais la question taïwanaise reste ultrasensible dans la relation sino-américaine alors que la présidente Tsai Ing-wen, confortée par les dernières élections, n’a jamais revendiqué l’indépendance de Taïwan. Le pays l’est déjà, répète-t-elle souvent.

►À écouter aussi : Géopolitique, le débat - Où va la relation Chine/États-Unis ?