Pékin dénonce les nouvelles ventes d’armes américaines à Taïwan

© (Justin Stack/U S Navy/UPI/Shutte/SIPA)

C’est une annonce que Pékin a du mal à digérer. Un mois après la visite à Taiwan de la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, qui avait déjà déclenché les foudres de la diplomatie chinoise et des manœuvres militaires sans précédent, les États-Unis ont annoncé, vendredi 2 septembre, une nouvelle série de ventes d'armement à Taïwan, pour 1,1 milliard de dollars au total.

Lire aussi - Taïwan: comment les Etats-Unis adaptent leur stratégie dans l'océan indien et le pacifique

Le gouvernement américain a approuvé la vente à Taipei pour 355 millions de dollars de 60 missiles Harpoon capables de couler des bateaux de guerre, 100 missiles de courte portée Sidewinder (pour un coût de 85,6 millions), capables d’intercepter des missiles ou des drones, mais également d’un contrat de maintenance du système de radars de l'île, évalué à 665 millions, a précisé le département d’État dans un communiqué.

Ces transactions « servent les intérêts économiques et de sécurité nationale des États-Unis en soutenant les efforts (de Taïwan) de moderniser ses forces armées », a souligné un porte-parole de la diplomatie américaine. Elles doivent cependant être validées par le Congrès américain pour avoir lieu, ce qui ne devrait pas poser problème : le soutien militaire à Taïwan est largement soutenu par les élus, démocrates ou républicains.

La Chine fermement opposée aux ventes d'armes américaines

Pékin n’a pas tardé à réagir à ces annonces et a aussitôt exigé que Washington renonce à ce...


Lire la suite sur LeJDD