Pédopornographie : mis en cause, un maire de Côte d'Or reconnaît «une partie des faits»

© LOIC VENANCE / AFP

Un maire de Côte d'Or, placé en garde à vue dans le cadre du vaste coup de filet ayant conduit à l'interpellation de 48 hommes soupçonnés d'avoir consulté du contenu pédopornographique, a "reconnu une partie des faits" et sera jugé le 26 avril, a indiqué jeudi le parquet. À l'issue de sa garde à vue, ce maire d'une commune "d'environ 800 habitants", qui n'a pas été précisée, a été présenté au parquet de Dijon ce jeudi matin et a reconnu "une partie des faits reprochés", à savoir diffusion, détention et acquisition de l'image d'un mineur à caractère pornographique, a indiqué le procureur de la République à Dijon, Olivier Caracotch.

Des fichiers mettant en scène des mineurs

Le suspect, dont l'identité n'a pas été révélée, a fait l'objet d'une convocation sur procès-verbal, qui permet un jugement rapide, pour un procès le 26 avril 2023, précise le procureur dans un communiqué. Son placement sous contrôle judiciaire jusqu'à la date d'audience a été demandé par le parquet, ajoute le texte.

L'exploitation du matériel informatique qu'il utilisait a fait apparaître "des fichiers images et vidéos mettant en scène des mineurs de 5 à 15 ans, dans des poses suggestives, ou ayant des rapports sexuels entre eux ou avec des adultes", selon le procureur.

 

>> LIRE AUSSI - Plan anti-pédopornographie de l'UE : une atteinte à la vie privée ?

Jusqu'à sept ans de prison

L'homme encourt des peines maximales de sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amendes. 48 hommes ont été interpellés ...


Lire la suite sur Europe1