Pédocriminalité: Joël Le Scouarnec condamné à 15 ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur mineurs

Ambre Lepoivre avec AFP
·1 min de lecture
Croquis de l'audience du 13 mars 2020 lors du procès de Joel Le Scouarnec devant les assises à Saintes - Benoit PEYRUCQ © 2019 AFP
Croquis de l'audience du 13 mars 2020 lors du procès de Joel Le Scouarnec devant les assises à Saintes - Benoit PEYRUCQ © 2019 AFP

La chape de plomb s'est effondrée devant la cour d'assises de Saintes qui jugeait quatre affaires de pédocriminalité vieilles de plusieurs décennies. Après avoir reconnu pour la première fois les viols infligés à ses victimes mineures au moment des faits, Joël Le Scouarnec a été condamné ce jeudi soir à 15 ans de réclusion criminelle.

L'ex-chirurgien comparaissait depuis lundi à huis clos devant la cour d'assises pour agressions sexuelles sur sa nièce Aurélie* dans les années 90 à Loches, en Indre-et-Loire et sur une patiente, Amélie*. Il était également accusé de viols, à la même période, sur Helena*, une autre nièce, et sur Lucie*, sa petite voisine à Jonzac, en Charente-Maritime. C'est cette fillette qui, en dénoncant ce voisin, a permis son arrestation en mai 2017.

Premier volet d'une affaire hors normes

Depuis, il reconnaissait des agressions sexuelles mais niait en bloc les faits de viols. Devant le jury, il a lâché des aveux inattendus mais au compte-gouttes, entre "stratégie" d'"amnésie" et "manipulation", selon les avocats des parties civiles.

Ce premier procès, qui s'est tenu dans une ambiance électrique, est le premier volet d'une affaire de pédocriminalité "hors normes" longue de 30 années. Le médecin autrefois respecté, père de trois fils, est en effet également mis en examen depuis octobre à Lorient, dans Morbihan, dans une deuxième procédure, pour viols et agressions sexuelles sur 312 victimes potentielles identifiées à la lumière de ses "carnets" intimes découverts en 2017. Il a reconnu certains faits.

Article original publié sur BFMTV.com