Pédophilie : depuis un an, 306 auteurs potentiels de violences ont appelé le numéro de prévention

·1 min de lecture

Des affiches dans les transports en commun ou dans la rue doivent le populariser à partir de fin janvier, mais le numéro de prévention des passages à l'acte pédocriminels (0 806 23 10 63) existe déjà. Après un an d'expérimentation dans cinq régions, cette ligne destinée aux auteurs potentiels d'agressions sexuelles est opérationnelle, à bas bruit, ­depuis un mois.

Le projet avait été lancé en 2019 par le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, Adrien Taquet. "Parfois, ces personnes savent qu'elles ont un problème mais ignorent où être aidées", détaille Anne-Hélène Moncany, psychiatre et présidente de la Fédération des centres de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles. En un an et sans médiatisation, 306 auteurs potentiels ont appelé, pour la plupart à trois reprises. 

Un nouveau numéro consacré à l'inceste

Un numéro consacré aux cas d'inceste devrait également voir le jour, selon Elisabeth Guigou, présidente de la commission indépendante sur les violences sexuelles faites aux enfants. "Il ne s'agit pas de dupliquer ce qui fonctionne, comme le 119 Allô enfance en danger, mais d'apporter un plus", affirme-t-elle dans le JDD

Lire aussi - Elisabeth Guigou, ex-ministre de la Justice : "La société doit regarder l'inceste en face"

 


Lire la suite sur LeJDD