Pédocriminalité, secret de la confession: Jean Castex revient sur sa visite au pape François

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le pape François et le Premier ministre Jean Castex, au Vatican - AFP PHOTO / VATICAN MEDIA
Le pape François et le Premier ministre Jean Castex, au Vatican - AFP PHOTO / VATICAN MEDIA

"C'était un échange très apaisant. J'ai trouvé un pape joyeux, dynamique, avec de l'entrain." Le Premier ministre Jean Castex a été reçu en audience privée ce lundi matin par le pape François au Vatican. La visite, prévue de longue date pour célébrer le centenaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège, a été bousculée par l'actualité après la publication début octobre des conclusions de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église.

Ce rapport Sauvé a dressé un état des lieux "accablant" en estimant à quelque 216.000 le nombre de mineurs victimes de prêtres, diacres et religieux depuis 1950 en France. C'est précisément l'un des sujets que le chef du gouvernement a évoqué avec le souverain pontife. "Son discours consiste à dire que c'est courageux de la part de l'Église de France d'avoir fait son travail. Le pape fait confiance à l'Église de France pour tirer les conclusions. Il se réjouit qu'il n'y ait pas de déni", a confié le Premier ministre à la presse, à l'issue de la rencontre.

"L'Église ne reviendra pas sur le dogme du secret de la confession"

Autre sujet épineux: l'articulation entre la dénonciation de faits criminels et le "secret de la confession". Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Eric de Moulins-Beaufort avait en effet jugé "supérieur aux lois de la République", avant de rétropédaler en évoquant une "formulation maladroite".

"On en parlé évidemment. Ce n'est pas un scoop, l'Église ne reviendra pas sur le dogme du secret de la confession. Mais il faut à tout prix trouver les voies et moyens pour concilier cela avec le droit pénal, le droit des victimes. Il en a tout à fait conscience. C'est un travail au long cours", a expliqué Jean Castex.

D'autres sujets, concernant la géopolitique ont également été abordés. "On a évoqué les points de convergence entre diplomatie française et vaticane, notamment sur le Liban, l'Irak", a détaillé Jean Castex, précisant que le pape "n'ira pas" à la COP26, qui se déroulera du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow, en Écosse.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles