Pédocriminalité dans l'Eglise : "Ce n'est quand même pas à moi d'expliquer aux évêques ce qu'est la repentance" dénonce une victime

franceinfo
·1 min de lecture

"Ce n'est quand même pas à moi, François Devaux, d'expliquer aux évêques ce que c'est que la repentance", a dénoncé le président cofondateur de l'association La parole libérée ce vendredi 26 mars sur franceinfo. Alors que l'association, créée en 2015 à l'initiative des victimes du prêtre Bernard Preynat, va s'auto-dissoudre, son président réagissait aux annonces faites à l'issue de l'assemblée plénière de Printemps des Evêques de France ce même jour.

franceinfo. Est ce que les mots qui ont été prononcés par l'Église, qui va assumer sa responsabilité et demander pardon, vous satisfont ?

François Devaux. Je crois qu'aujourd'hui, les évêques ont encore raté une opportunité. On avait quand même publiquement conseillé d'attendre les conclusions de la commission Ciase (Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église), qui a travaillé de façon très efficace sur ces questions-là. La question de la réparation est très complexe. On est à seulement six mois du rendu de ces travaux et je trouve ça assez irrespectueux, au vu du travail qui a été fait par cette commission, de ne pas attendre leurs préconisations. La réparation, c'est une question complexe. Donc, on est sur le point d'avoir une expertise très pointue de personnes qui sont extrêmement compétentes, pluridisciplinaires, qui vont remettre une réflexion très poussée. On la respectera, on la respectera pas. Il sera temps de décider, mais ne pas l'attendre, ça manque un peu d'humilité.

L'Eglise reconnait sa (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi