Pédocriminalité dans l'Église : "Tellement de déclarations d'intention, toujours pas d'acte"

·1 min de lecture

Les mots sont forts, ce mardi, pour réagir à la publication du rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Église. Notamment ceux, sur Europe 1, de Monseigneur Bruno Valentin, évêque auxiliaire du diocèse de Versailles, qui a confié sa "honte" face aux chiffres contenus dans le document, qui fait état de 216.000 victimes en France depuis 1950. Mais les mots ne sont plus assez pour ces victimes justement. "On a tellement entendu de bonnes déclarations d’intention... et n’a toujours pas d’acte", a réagi Bertrand Virieux, lui-même victime du père Preynat, dans la foulée sur notre antenne.

"Je suis très circonspect"

Celui qui est également cofondateur de l'association La Parole libérée a rappelé que les éditions Golias, "revue catholique contestatrice", faisaient déjà état il y a une douzaine d'années "de 20.000 prêtres dont les dossiers pour pédophilie étaient en souffrance au Vatican". "Le rapport Sauvé m'y a tout de suite fait penser. Il est très bien fait, techniquement irréprochable, mais on se retrouve à nouveau avec des expressions comme 'sidéré', 'ébranlé'... Moi j'ai vu passer une douzaine d'années avec les mêmes mécanismes, l'indicible vite remis sous le tapis au bout de quelques semaines."

Bertrand Virieux a donc beau "croire encore à la pureté, la sincérité de certains", il reste "très circonspect". "Déjà dans le passé, des évêques ont demandé publiquement pardon."

Une prise de parole du pape

Pour Bertrand Virieux, ce rapport Sauvé est donc tout sauf une surprise. "Les ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles