Pédocriminalité dans l'Église: le fonds d'indemnisation des victimes sera financé par la vente de "biens" ou un "emprunt"

·2 min de lecture

Une juriste dirigera une instance de "réparation" des violences sexuelles a également annoncé le président de la Conférence des évêques de France.

Un fonds d'indemnisation des victimes de pédocriminalité qui sera financé par les "biens" de l'Eglise ou un "emprunt", va être créé a annoncé le président de la Conférence des évêques de France ce lundi à l'occasion de l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques de France réunie à Lourdes un mois après la publication du rapport choc de la commission Sauvé.

"Du mal a été commis, beaucoup de mal a été commis", a déclaré le président de la Conférence des évêques de France.

Cette instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation instruira les demandes des victimes de violences sexuelles. Elle va abonder ce fonds "autant qu'il est nécessaire" en vendant des biens mobiliers ou immobiliers dont dispose la Conférence des évêques de France assuré Eric de Moulins-Beaufort. 

L'ancienne défenseure des enfants à la tête d'une nouvelle instance

L'instance sera dirigée par la juriste Marie Derain de Vaucresson, a annoncé le président de la Conférence des évêques de France. Marie Derain de Vaucresson, ancienne défenseure des enfants, constituera "son équipe à sa guise sur le modèle de la commission Sauvé", a-t-il précisé. 

Les évêques de France avaient déjà décidé vendredi dernier de "reconnaître la responsabilité institutionnelle de l'Église" dans les violences sexuelles subies par des milliers de victimes et la "dimension systémique" de ces crimes, selon leur représentant Eric de Moulins-Beaufort, suivant les recommandations du rapport Sauvé.

Selon le rapport issu des travaux de cette commission, quelque 216.000 personnes de plus de 18 ans ont fait l'objet de violences ou d'agressions sexuelles, quand elles étaient mineures, de la part de prêtres, diacres, religieux ou religieuses depuis 1950. La commission estime par ailleurs à environ 3000 le nombre de prédateurs impliqués en 70 ans. 

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - François Devaux - Abus sexuels dans l’Église : "J’avais 10 ans. Je l’ai tout de suite dit à mes parents. Un enfant, à 10 ans, il n’est pas sexualisé, il ne sait pas de quoi on parle. Mais j’ai compris que quelque chose d’anormal se passait"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles