Pédocriminalité dans l'église allemande: le Vatican défend Benoît XVI

·2 min de lecture
Le pape Benoît XVI a démissionné en février 2013 - -
Le pape Benoît XVI a démissionné en février 2013 - -

L'Église au secours de l'ancien souverain pontife. Ce mercredi, le Vatican a pris la défense du pape émérite Benoît XVI, mis en cause dans sa gestion de violences sexuelles sur mineurs par un rapport publié la semaine dernière en Allemagne.

Selon ce rapport indépendant, Benoît XVI, qui avait renoncé à sa charge en 2013, n'a rien entrepris pour écarter quatre ecclésiastiques soupçonnés de violences sexuelles sur mineurs dans l'archevêché de Munich et de Freising, qu'il a dirigé entre 1977 et 1982.

"Premier pape à rencontrer les victimes"

Mais le Vatican, par la voix du directeur éditorial des médias du Saint-Siège, a défendu l'action du prélat allemand contre les abus sexuels dans l'Eglise catholique pendant son mandat pontifical.

Après avoir "combattu ce phénomène en tant que Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi", Joseph Ratzinger a promulgué en tant que pape "des réglementations extrêmement sévères contre les clercs auteurs d'abus, de véritables lois spéciales pour combattre la pédophilie", écrit Andrea Tornielli dans un éditorial publié mercredi sur Vatican News, le site officiel du Vatican.

"C'est Joseph Ratzinger lui-même qui fut le premier pape à rencontrer les victimes d'abus à plusieurs reprises au cours de ses voyages apostoliques. Tout comme c'est Benoît XVI (...) qui a proposé le visage d'une Église pénitente, qui s'humilie en demandant pardon", poursuit-il.

Continuer la lutte

Rappelant que le rapport de Munich n'est "pas une enquête judiciaire et encore moins un jugement définitif", Andrea Tornielli estime que ses conclusions "contribueront à la lutte contre la pédophilie dans l'Église si elles ne se réduisent pas à la recherche de boucs émissaires faciles et à des jugements sommaires".

Lundi, Benoît XVI avait rectifié ses déclarations et reconnu avoir participé à une réunion clé en 1980 sur un prêtre allemand soupçonné d'avoir sexuellement agressé des mineurs, contrairement à ce qu'il avait déclaré aux auteurs du rapport. Mais il rejette toute responsabilité dans cette affaire.

Après la publication du rapport, le Saint-Siège avait dit vouloir l'étudier en détail, réitérant "son sentiment de honte et de remords" pour les violences commises.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles