Pédocriminalité, inceste... Comment parler des violences sexuelles à mon enfant (pour mieux le protéger) ?

Mathilde Goupil
·1 min de lecture

Il est venu dans mon lit et il m'a dit : 'Je vais te montrer. Tu vas voir, tout le monde fait ça.' Il m'a caressé et puis tu sais..." La publication de La Familia grande (Seuil), récit de Camille Kouchner dans lequel elle accuse son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, d'avoir violé son frère jumeau de 13 ans, a fait réémerger le sujet de l'inceste dans l'actualité et provoqué des centaines de témoignages similaires sur les réseaux sociaux.

> > "C'est un secret entre nous" : quand les adultes réduisent au silence les victimes d'inceste

En France, une personne sur dix déclarait avoir été victime d'inceste, dans une enquête de l'institut Ipsos (lien vers un PDF) pour l'association Face à l'inceste, publiée en novembre 2020. Pour contribuer à lutter contre ces violences sexuelles, il apparaît nécessaire d'en parler avec les enfants. Comme l'explique la psychiatre Muriel Salmona, présidente de l'association Mémoire traumatique et victimologie, "il est important que les enfants soient avertis qu'il existe des personnes qui agressent sexuellement les enfants". Dans son guide sur le sujet (lien vers un PDF), elle ajoute que les auteurs sont "le plus souvent des personnes connues, des proches, des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi