Pédiatrie : les médecins prescrivent trop d'antibiotiques selon Santé publique France

© DIGICOMPHOTO / SCIENCE PHOTO LIBRA / FCA / SCIENCE PHOTO LIBRARY VIA AFP

Ce mercredi, un rapport de Santé publique France alerte sur le fait que certains médecins pédiatres procèdent à des prescriptions d'antibiotiques pour des pathologies qui ne le justifient pas. L'agence de santé tient à prévenir sur les dangers que peut représenter une surconsommation de ces médicaments.

Les médecins prescrivent-ils trop d'antibiotiques ? Avec la reprise des infections hivernales, la consommation de ces médicaments est repartie à la hausse, surtout chez les enfants en bas âge. Seulement, dans un rapport de Santé publique France publié ce mercredi, certains médecins pédiatres ont tendance à prescrire des antibiotiques pour des pathologies qui ne le justifient pas. Cette mise en garde faite par l'agence de santé a pour but d'éviter les dommages collatéraux liés à une surconsommation de ce médicament.

Une utilisation régulière d'antibiotiques n'est pas sans risque et peut détruire la flore intestinale. Mais cela peut aussi accélérer le développement de bactéries qui finiront par résister à ce traitement par la suite, ce qu'on appelle "antibiorésistance".

>> LIRE AUSSI - Bronchiolite : les hôpitaux saturés, les parents se déplacent vers d'autres régions

700 prescriptions pour 1 000 habitants ont été réalisées en 2021

Cette hausse des prescriptions n'est pas sans raison pour le pédiatre Christian Spitz. "Par moment, les parents ainsi que les médecins eux-mêmes se trouvent dans le doute. C'est parfois une facilité. Mais je pense qu'on peut tout de même limiter la prescription des antibiotiques", explique-t-il. "Cependant, en période de bronchiolite, cela ne sert à rien de traiter cette maladie avec ces médicaments." Dans la majorité des cas, les antibiotiques n'agissent pas contre les infections virales comme la bronchite, l'angine ou bien la grippe, mais...

Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - Pédiatrie : le plan de 150 millions d'euros annoncé par le ministre François Braun ne calme pas les soignants