Pour Pécresse, le ralliement de Peltier à Zemmour est un «non-événement»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse a estimé lundi que le ralliement à Eric Zemmour de l'ex-numéro 2 de LR Guillaume Peltier était "un non-événement" car "cela fait des mois qu'il nous avait quittés dans sa tête".

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse a estimé lundi que le ralliement à Eric Zemmour de l'ex-numéro 2 de LR Guillaume Peltier était "un non-événement" car "cela fait des mois qu'il nous avait quittés dans sa tête". Le député du Loir-et-Cher "voulait faire un coup de 'com'" après avoir soutenu Xavier Bertrand, puis Eric Ciotti lors de la dernière semaine de la primaire de la droite mais "plus personne n'avait confiance en lui", a-t-elle ajouté sur franceinfo. L'ancien numéro 2 de LR, déchu de toute fonction de direction en mai dernier, "était terriblement isolé" et "ceux qui soutiennent Guillaume Peltier ne gagnent jamais les élections", a-t-elle lancé.

Interrogée sur la possibilité d'un ralliement à Emmanuel Macron, comme prédit par Guillaume Peltier, elle a assuré que "ce scenario ne se produira pas car je serai au deuxième tour et je vais gagner cette élection présidentielle". "La vraie droite c'est moi", a-t-elle assuré, "pas un commentateur qui ne sera pas au deuxième tour". Quant à Marine Le Pen, "personne ne pense sérieusement qu'elle peut diriger la France", selon elle. Valérie Pécresse a toutefois estimé que "toute personne qui représente un véritable courant de pensée doit pouvoir se présenter" à la présidentielle, "c'est évidemment le cas d'Eric Zemmour".

Mais un maire LR soutenant Eric Zemmour "s'exclut de lui même" du parti, a-t-elle averti. Alors que le texte sur le pass vaccinal va arriver mardi devant le Sénat, celui-ci "va le modifier" pour "le limiter strictement dans le temps" une fois que la pandémie baissera, a-t-elle promis. Vilipendant de nouveau "l'exercice solitaire du pouvoir" d'Emmanuel Macron qualifié de "pyromane", l'ancienne ministre l'a assuré: sur le régalien "je(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles