Pécresse dénonce la campagne de Macron aux frais de l'Etat et l'exhorte à se déclarer candidat

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
REUTERS/Sarah Meyssonnier
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Emmanuel Macron
    Emmanuel Macron
    25e président de la République française
  • Valérie Pécresse
    Femme politique française

 Valérie Pécresse a reproché mercredi à Emmanuel Macron, le "président-candidat", de faire campagne "en grand équipage" et "aux frais du contribuable".

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse a reproché mercredi à Emmanuel Macron , le "président-candidat", de faire campagne "en grand équipage" et "aux frais du contribuable", lui disant "bas les masques" et l'exhortant à se déclarer. "Ce qui s'est passé lundi est quand même sidérant: on a un président-candidat, en réalité un candidat Emmanuel Macron, qui vient à Nice avec les moyens de l'État, avec les moyens du contribuable donc, en grand équipage, pour annoncer un programme présidentiel à horizon 2030", a déploré sur France 2 la présidente de la région Ile-de-France à propos du déplacement du chef de l'Etat sur le thème de la sécurité.

"C'est scandaleux" alors que "nous, nous faisons campagne avec nos moyens qui sont modestes", a poursuivi Mme Pécresse. "Bas les masques, Emmanuel Macron est candidat ", a-t-elle lancé. "C'est pas un président de la République qu'on a vu à Nice lundi, c'était bien un déplacement de candidat sur la sécurité qui est le boulet d'Emmanuel Macron aujourd'hui", a-t-elle dénoncé, déplorant "une insécurité croissante" pendant le quinquennat, un "bilan" qu'Emmanuel Macron "essaie de faire oublier" selon elle.

En déplacement à Nice

Le président des Républicains Christian Jacob a saisi mardi la commission des comptes de campagne et l'Arcom (ex-CSA) pour les alerter sur les dépenses liées aux déplacements du quasi-candidat à la présidentielle Emmanuel Macron. Au lendemain d'un déplacement à Nice où le chef de l'Etat a présenté son bilan et annoncé une hausse de budget sur la sécurité, Christian Jacob relève dans son courrier, consulté par l'AFP, les "nombreux déplacements et interventions médiatiques répétées du président de la République dans cette période pré-électorale, alors(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles