Péage urbain inversé: Et si les automobilistes étaient payés pour lâcher leurs voitures?

TRANSPORT - Plusieurs villes des Pays-Bas expérimentent déjà cette solution pour lutter contre les bouchons. En France, l’idée fait aussi son chemin: la Métropole européenne de Lille (MEL) veut mettre en place un péage urbain inversé dès fin 2018…

TRANSPORT - Plusieurs villes des Pays-Bas expérimentent déjà cette solution pour lutter contre les bouchons. En France, l’idée fait aussi son chemin: la Métropole européenne de Lille (MEL) veut mettre en place un péage urbain inversé dès fin 2018…

Depuis 2007 et le Grenelle de l’Environnement, les métropoles de plus de 300.000 habitants ont la possibilité de mettre en place des péages urbains pour décharger leurs centres-villes et inciter à l’utilisation de modes de transports plus doux. Mais aucune encore ne s'y est risquée, notamment par crainte de froisser un trop grand nombre d'administrés. 

Une idée qui fait son chemin en France

Si alors on inversait le procédé ? Autrement dit, et si on rémunérait les automobilistes, identifiés comme prenant habituellement des axes surchargés et à des heures de pointe, pour qu’ils changent leurs habitudes ? « Trois options s’offriraient alors à eux, liste Mathieu Chassignet, chef du projet Ecobonus mobilité à la Métropole européenne de Lille (MEL). Utiliser un autre moyen de transport tel que les transports collectifs, le vélo ou le covoiturage, décaler leurs trajets en partant avant 7h ou après 9h, ou télétravailler tout simplement. »

Cette idée d’un « péage inversé », appelé aussi parfois « péage positif » fait peu à peu son chemin en France. Alain Juppé, maire de Bordeaux, s’y est dit intéressé, le 24 novembre dernier, lors de la présentation de son plan pour lutter contre la congestion automobile. La

Société du Grand Paris y songe aussi avec son dispositif

« chasseur de bouchon » grâce auquel elle compte compenser la hausse des bouchons provoquée par les travaux de construction des nouvelles lignes du Grand Paris.

>> Lire aussi: Avec les Assises de la mobilité, l’écotaxe revient sur le tapisL’exemple de Rotterdam en tête

Mais c’est dans la métropole lilloise que le projet semble le plus avancé. La MEL planche sur l’« Ecobonus mobilité » depuis 2015 et espère le voir instauré d’ici fin 20 (...) Lire la suite sur 20minutes
Le gouvernement pourrait entériner le passage à 80 km/h sur les routes à deux voies dès 2018
Bordeaux: Une application intelligente de gestion du trafic urbain testée auprès des automobilistes
Bordeaux: Un plan de 220 millions d’euros sur 5 ans pour améliorer la mobilité autour de l’aéroport
Les jeunes, les femmes, les riches... Qui sont les Français les plus écolos?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages