"Mon père pleurait dans mes bras" : ce que Serge Lama n'a jamais pardonné à sa mère

·1 min de lecture

Sa "blessure originelle." Enfant unique de Georges Chauvier et Georgette Ponceaud, Serge Lama a été aux premières loges lorsque sa mère a interdit à son époux de poursuivre son rêve. Chanteur d'opérette, le père de l'artiste espérait faire carrière dans la chanson mais sa femme lui a barré la route. Ce que l'interprète de Je suis malade - récemment remarié - n'a jamais pu pardonner à la première femme de sa vie. "Il pleurait dans mes bras", s'est-il remémoré dans l'édition de ce jeudi 18 février du magazine Paris Match, "ma tristesse d'alors, je la porte encore en moi. Je ne m'en suis jamais remis."

Mais face au désarroi et aux larmes de Georges Chauvier, c'est un besoin de vengeance qui l'a animé. "Toute ma vie est bâtie là-dessus", a poursuivi Serge Lama, "sur cette obsession : prouver à ma mère que, moi, je pouvais être chanteur." Il a finalement fait du rêve de son père une réalité. Cinq décennies de succès qui ont pris fin au mois de janvier 2020 sur ses réseaux sociaux, lorsqu'il a annoncé vouloir mettre un terme à sa carrière artistique pour prendre soin de sa santé. Victime d'un effroyable accident de la route le 12 août 1965 auquel ont succombé sa fiancée, Liliane Benelli, et le frère d'Enrico Macias, il en subit encore les séquelles. "C'est pendant la dernière tournée que j'ai compris que c’était cuit."

Hors de question pour lui de ne pas faire ses adieux avec son public, Serge Lama promettait alors une dernière tournée, baptisée Adieu, chère Province. Malheureusement, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Hélène de Fougerolles : cet "enfer" que l'actrice a vécu pendant trois ans et demi
La princesse Latifa captive ? Elle est "prise en charge" par sa famille d'après les Emirats arabes unis
"Il m'a mis 0 car j'ai refusé ses avances" : Aurélie Filippetti victime d'un professeur pendant ses études
Charles Trenet : ces "menaces de mort" qui planaient sur sa mère
"Ce n'est pas interdit de rêver" : à droite, Nicolas Sarkozy fascine toujours