Un père mis en examen en Corse après la mort de son bébé de 4 mois

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
L'hôpital Pasteur à Nice (Photo d'illustration). - Flickr - CC Commons - Gunera
L'hôpital Pasteur à Nice (Photo d'illustration). - Flickr - CC Commons - Gunera

Le père d'un bébé de quatre mois, mort ce jeudi à l'hôpital de Nice après son transfert de Corse et présentant des lésions importantes, a été mis en examen ce mercredi pour "homicide volontaire aggravé", a indiqué le procureur de Bastia, Arnaud Viornery.

Le père a également été mis en examen pour "violences aggravées", a précisé le procureur dans un communiqué, en ajoutant qu'il avait été placé en détention par le juge des libertés et de la détention.

La mère également écrouée

La mère a, elle, été mise en examen pour "violences aggravées, non dénonciation de mauvais traitements sur mineur de 15 ans et non-assistance à personne en péril aggravée". Elle a également été écrouée.

Une information judiciaire a été ouverte et confiée à un juge d'instruction, a précisé le magistrat. Contacté par l'AFP, l'avocat du père, Me Grégoire Etrillard, a indiqué que son client niait les faits reprochés.

"Cette procédure, menée dans la précipitation de l'émotion, s'appuie sur une affirmation hâtive de maltraitance, sur la base d'observations médicales interprétées au regard des recommandations de la Haute Autorité de Santé relatives au syndrome du bébé secoué, contestables car trop affirmatives", a affirmé l'avocat.

"Notre client clame son innocence et des éléments troublants de l'histoire médicale de l'enfant et de sa famille doivent être explorés, car ils pourraient expliquer les différentes constatations faites sur l'enfant, en particulier son saignement intracrânien pris à tort pour la conséquence d'un secouement", a-t-il ajouté.

Blessures, hématomes et plaies intracrâniennes relevés

Me Anna-Livia Guerrini, qui défend la mère, a indiqué à l'AFP que sa cliente était "présumée innocente" et que "les parents ne s'auto-incriminent pas" dans cette affaire.

Les secours avaient été appelés mercredi pour prendre en charge ce bébé à Calenzana, un village de Balagne (Haute-Corse) où il vivait avec ses parents. Transféré d'abord au centre hospitalier de Calvi dans un état grave, il a ensuite été emmené à Nice où il est décédé, avait précisé Corse-Matin, qui a révélé l'information.

Au vu des blessures, hématomes et plaies intracrâniennes que présentait la petite victime, attestant de "la violence des coups", le parquet avait retenu le chef d'"homicide volontaire aggravé", avait indiqué dimanche à l'AFP le procureur de Bastia.

Article original publié sur BFMTV.com