Pâques : la filière de l’agneau repart à la hausse

France 3

Sur le marché de Poitiers (Vienne),

l’agneau est sur tous les étals en ce week-end de Pâques. Chez ce boucher, il y a un agneau qui séduit particulièrement les clients : l’agneau du Poitou-Charentes. "Je l’ai choisi pour le coût écologique, ce n’est pas la peine qu’il arrive en avion, et puis pour soutenir les éleveurs locaux", explique une cliente.

La moitié de la viande importée

Avant d’arriver à la boucherie, les agneaux n’ont fait que quelques kilomètres. Ici, les agneaux doivent téter leur mère pendant trois mois. "Dans notre cahier des charges aujourd’hui, les brebis doivent pâturer minimum sept mois de l’année", détaille l’éleveur Daniel Gaillard. Il est presque un rescapé. Il s’est installé en 1982, juste avant que la crise ovine ne frappe. Les deux décennies qui ont suivi ont décimé la profession. Aujourd’hui encore, la France importe plus de la moitié de la viande ovine qu’elle consomme.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Tolérance zéro contre les drogues au volant
Grippe aviaire : vide sanitaire dans le sud-ouest
Grippe aviaire : "Le vide sanitaire, c'est la double peine" pour les agriculteurs
Vide sanitaire dans le Sud-Ouest : "S'il arrive une troisième épidémie de grippe aviaire, on ne s'en remettra pas"
Vide sanitaire : "Il faut que ce travail soit fait très sérieusement" pour en finir avec la grippe aviaire

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages