Seine-et-Marne : il proposait des pratiques sexuelles à des mineures via les réseaux sociaux

Sylvain Deleuze
Melun, jeudi après-midi. Jennifer, la mère de famille d’Ozoir-la-Ferrière qui s’était fait passer pour sa fille avant de déposer plainte, a assisté à toute l’audience au tribunal correctionnel

Cet habitant d’Ozoir-la-Ferrière, âgé de 28 ans, était jugé pour avoir corrompu quatre mineures, entre janvier 2014 et novembre 2015. Il a été condamné à trois ans de prison dont un an ferme.


« J’ai des doutes quand il nous dit qu’il ne serait pas passé à l’acte », constate le procureur de la République. Des doutes, le tribunal de Melun n’en a pas eu en condamnant à trois ans de prison dont deux ans avec sursis un homme de 28 ans. Cet habitant d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne) était jugé jeudi pour corruption de quatre mineurs par une personne mise en contact avec la victime par un réseau de communication électronique, des faits commis entre janvier 2014 et le 23 novembre 2015.

Tout démarre par le bon réflexe d’une fille de 11 ans qui prévient sa mère, Jennifer, alors qu’un homme cherche à lui parler sur les réseaux sociaux. Jennifer rentre dans le jeu et très vite l’inconnu dérape et lui propose de lui apprendre certaines pratiques sexuelles. Effarée, la mère de famille dépose plainte au commissariat de Pontault-Combault en novembre 2015.

«J’ai honte de ce que j’ai fait »

Rapidement, les enquêteurs parviennent à remonter jusqu’à l’auteur. Et ils identifient quatre victimes, toutes mineures, âgées de 11 à 15 ans. Interrogé, le suspect a reconnu avoir eu entre 10 et 15 relations avec des mineures via Internet puis le téléphone portable.

« A chaque fois, on retrouve le même schéma, la phase de contact, puis vous envoyez des photos de votre sexe et si la fille refuse de faire de même, vous la menacez de mettre son numéro de téléphone sur des sites spécialisés, décrit le procureur. Vous êtes même allé jusqu’à en rencontrer une devant son collège ! »

« J’ai honte de ce que j’ai fait, lâche le prévenu, à l’audience Je ne serais jamais passé à l’acte. » Il justifie son comportement par son état dépressif après une rupture et des années de violences infligées par son père.

Déjà condamné pour violences et harcèlement téléphonique

« Quand on déprime, on boit, on reste chez soi, (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Seine-et-Marne : tous derrière les handballeurs de Pontault-Combault pour la montée en 1re division
Ozoir-la-Ferrière : appel à la mobilisation contre les nuisances aériennes
Ozoir - Melun : tentatives de vandalisme contre des caméras de vidéoprotection
Seine-et-Marne : halte aux incivilités à Tournan-en-Brie !
Seine-et-Marne : quatre incendies en 24 heures au cours du week-end de Pentecôte