Oxygénothérapie à domicile : une solution pour réduire l’hôpital en tension ?

·1 min de lecture

Alors que les hôpitaux poussent les murs pour lutter contre le Covid-19, tous les moyens semblent bons pour réduire la pression sur leurs lits. La pratique de l’oxygénothérapie à domicile est en pleine expansion. Mais si elle peut sembler utile pour faire sortir un patient plus tôt, elle ne doit pas se substituer en amont à l’hospitalisation…

Comment libérer des lits en réanimation pour faire face à l’afflux de patients de Covid ? La question, qui hante les esprits de tous les acteurs de la santé, pourrait trouver dans l’oxygénothérapie à domicile une partie de sa réponse. Le principe est simple : faire sortir de l’hôpital des patients dont l’état de santé est stable mais qui nécessite encore de recevoir de faibles quantités d’oxygène avant d’être remis sur pied. Un infirmier libéral passe alors deux fois par jour pour s’assurer de l’état de santé du patient et en informe le médecin traitant et l’hôpital, qui sont les seuls à pouvoir prendre une décision médicale, comme réduire la quantité d’oxygène ou cesser l’oxygénothérapie." C’est ce que l’on fait depuis un an et, visiblement, cela ne suffit pas ", s’exclame l’urgentiste Patrick Pelloux, qui alerte régulièrement sur les tensions dans les services de réanimation. Depuis le début de la crise sanitaire, environ 60 000 patients auraient en effet reçu de l’oxygène à domicile. Aujourd’hui, alors que l’hôpital déprogramme à tout va pour libérer des lits, ils seraient environ 5 000. Dans sa conférence de presse du jeudi...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?