Ovnis et US Navy : les mystérieux "drones" de juillet 2019

·2 min de lecture

Des documents internes et des images troublantes confirment que des navires militaires américaines ont eu des contacts répétés avec des appareils inconnus en juillet 2019. Ces incidents figurent dans un rapport officiel du Pentagone qui sera présenté au Congrès en juin prochain.

Le dossier des rencontres entre militaires de la marine américaine et des objets volants non identifiés vient de s’enrichir de nouveaux éléments révélés en exclusivité par le réalisateur Jeremy Corbell et le site ufologique Mystery Wire. Ces images proviennent du rapport du groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés, Unidentified Aerial Phenomena Task Force, qui doit être soumis au Congrès en juin. Leur authenticité a été certifiée par un porte-parole du Pentagone sollicité par Mystery Wire : «Je peux confirmer que ces photos et vidéos ont été prises par du personnel de la Navy. Elles font partie des incidents actuellement examinés par l’UAP Task Force.»

Les objets qui apparaissent sur ces images sont de formes diverses. Ils ont survolé plusieurs destroyers américains dont l’USS Kidd, en opération à environ 185 km au large des côtes de Californie en juillet 2019.

Ces rencontres sont détaillées dans des documents internes de la Navy que Mystery Wire a pu se procurer en vertu de la loi américaine sur le libre accès à l’information. Ces emails et extraits de journaux de bord fournissent un compte rendu, heure par heure, des évènements survenus les 14 et 15 juillet.

A 22 heures, le journal de bord de l’USS Kidd signale la présence de deux objets dénommés «drones», faute de mieux, dans les documents. Aussitôt, l’équipe à bord spécialisée dans l’identification et la collecte d’informations sur des appareils inconnus, la Ship Nautical Or Otherwise Photographic Interpretation and Exploitation, SNOOPIE, entre en action.

L'un des objets filmé avec une caméra infrarouge semble montrer une forme triangulaire

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.


Lire la suite sur Paris Match