En Ouzbékistan, Vladimir Poutine tente de rassurer ses alliés sur l'Ukraine

Au sommet de Samarcande, en Ouzbékistan, Vladimir Poutine a écouté les préoccupations de ses alliés concernant la guerre en Ukraine.

Au lendemain de sa rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping, à qui il avait dit comprendre les "questions et les inquiétudes", le chef du Kremlin a tenté cette fois de rassurer le Premier ministre indien, Narendra Modi, un défenseur de la paix.

"Je connais votre position concernant le conflit en Ukraine et les préoccupations que vous soulevez régulièrement. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que tout cela se termine le plus vite possible", a déclaré Vladimir Poutine. "Malheureusement, c'est juste que la partie adverse, les dirigeants de l'Ukraine, a refusé tout processus de négociation, et a indiqué qu'elle voulait atteindre ses objectifs par la voie militaire, sur le champ de bataille", a poursuivi le chef du Kremlin, selon un échange retransmis à la télévision russe.

Narendra Modi, le Premier ministre indien, a donné son point de vue au président Poutine  : "L'époque d'aujourd'hui n'est pas celle de la guerre. Nous en avons parlé à plusieurs reprises par téléphone : la démocratie, la diplomatie et le dialogue... Ce sont toutes ces choses là qui impactent le monde."

L'époque d'aujourd'hui n'est pas celle de la guerre.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a également appelé son homologue russe à stopper la guerre en Ukraine "au plus vite par la voie diplomatique".

L'avenir dira si le président Poutine a entendu le messages de ses alliés qui, au-delà de leurs préoccupations sur l'Ukraine, n'entendent pas compromettre leur partenariat stratégique avec la Russie.