Ouvrir à la concurrence des lignes Intercités est "une bonne chose" pour les usagers et "peut tirer la SNCF vers le haut"

franceinfo
Alors que l'Etat doit entamer le processus d'ouverture à la concurrence des lignes de train Intercités Nantes-Lyon et Nantes-Bordeaux d'ici 2022, le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports estime que

L'ouverture à la concurrence "peut tirer la SNCF vers le haut, incontestablement", a estimé jeudi 10 janvier sur franceinfo Bruno Gazeau, le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut). Mercredi, le ministère des Transports a indiqué que l'Etat entamerait le processus d'ouverture à la concurrence des lignes de train Intercités Nantes-Lyon et Nantes-Bordeaux, avec pour objectif de faire rouler un nouvel opérateur en 2022.

franceinfo : L'ouverture à la concurrence est-elle un risque ou une bonne chose pour l'usager, selon vous ?

Bruno Gazeau : Nous pensons que c'est une bonne chose puisque la concurrence a pour objet d'améliorer la qualité de services, sur la base d'un cahier des charges établi par l'Etat et sur lequel nous souhaitons évidemment être consultés. Ce cahier des charges définira quelle offre on met en place : deux, trois ou quatre allers-retours sur chacune de ces lignes. Evidemment, nous souhaitons quatre allers-retours par jour et que l'information voyageurs fasse partie du cahier des charges pour qu'elle soit améliorée.

Ces lignes ne font voyager qu'un peu moins d'un millions de voyageurs par an pour un coût de 25 millions d'euros. Pensez-vous que l'ouverture à la concurrence peut attirer plus de voyageurs ?

Déjà, les matériels sont neufs depuis quelques mois. Et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi