"Si on ouvre les restaurants trop tôt, il pourrait y avoir encore plus de casse" : le chef étoilé Olivier Nasti demande un accompagnement de l'État

franceinfo

"Si on ouvre trop tôt et qu’on n’est pas accompagné derrière, il va y avoir encore plus de casse", prévient ce samedi 23 mai sur franceinfo Olivier Nasti, chef étoilé, meilleur ouvrier de France et propriétaire d'un restaurant à Kayserberg, dans le Haut-Rhin. Il fait partie de la soixantaine de chefs qui disent s'inquiéter d'une réouverture trop rapide des restaurants dans une lettre ouverte. "Il faut certainement continuer à nous accompagner, en tous les cas jusqu’à la fin de l’année", plaide-t-il.

franceinfo : Pourquoi serait-il trop tôt pour rouvrir ?

Olivier Nasti : Il faut prendre en compte les grandes tables comme les nôtres mais aussi les petits bistrots et cafés. Certains auront la possibilité de rouvrir en garantissant la sécurité des employés, des clients, avec tous les protocoles qu’on peut attendre pour une réouverture, ce qui sera notre cas. Mais d’autres, avec peu de personnels, auront beaucoup de complications pour pouvoir rouvrir. Il faut leur laisser le choix de pouvoir se sentir prêts pour rouvrir. Si on ouvre trop tôt et qu’on n’est pas accompagné derrière, il va y avoir encore plus de casse, les gens ne seront pas assez attentifs. J’imagine qu’une personne qui a un café, une petite brasserie, qui a peu de tables, va penser à des moments au chiffre d’affaires. Est-ce que ces maisons vont pouvoir apporter la sécurité qu’il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi