Ouverture de la COP27 en Égypte, les «pertes et dommages» mis à l’agenda des négociations

AP - Peter Dejong

La 27e Conférence Climat s’est officiellement ouverte, ce dimanche 6 novembre, alors que le sommet des chefs d’État se tiendra lundi et mardi. L’ordre du jour était essentiellement technique puisqu’il s’agissait de définir les points qui seront abordés dans les négociations. Très attendue par les pays vulnérables, la question de l’indemnisation des dégâts causés par les catastrophes climatiques sera bien à l’agenda officiel, pour la première fois.

De nos envoyés spéciaux à Charm el-Cheikh

S’agissait-il d’un passage de témoin ou d’une véritable patate chaude entre les deux présidences de COP, du Britannique Alok Sharma à l’Égyptien Sameh Shoukry, ce dimanche à Charm el-Cheikh ? Avec la pression exercée partout par le réchauffement climatique, et particulièrement douloureuse dans les pays pauvres et émergents – du Nigeria au Pakistan, de la Somalie aux Philippines – la question se pose avec de plus en plus d’acuité, tandis que l’efficacité des COP est bruyamment interrogée.

Un an après la Conférence Climat de Glasgow, quelque 40 000 participants – délégations, médias, ONG, entreprises, observateurs… – sont attendus dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, entre une mer Rouge aux coraux souffreteux et les portes du désert.

Alok Sharma passe le flambeau