Ouverture à la concurrence des lignes TER: les Hauts-de-France mettent la pression sur la SNCF

1 / 2

Ouverture à la concurrence des lignes TER: les Hauts-de-France mettent la pression sur la SNCF

La région Hauts-de-France, qui souhaite ouvrir à la concurrence une partie de ses lignes de TER, a saisi l'Autorité de régulation des activités ferroviaires pour contraindre la SNCF à lui transmettre les informations nécessaires à cette opération.

La région Hauts-de-France a saisi l'Autorité de régulation des activités ferroviaires (Arafer) afin de sommer la SNCF de lui transmettre les informations qu'elle estime nécessaires pour ouvrir à la concurrence une partie de ses lignes de TER à l'horizon 2023, ont annoncé ce mardi des élus.

"On n'a pas de données", a déploré à plusieurs reprises Franck Dhersin, vice-président chargé des transports en conférence de presse, affirmant que la région a demandé à plusieurs reprises et sans succès ces informations à SNCF Mobilités.

"On a besoin de savoir tout ce qui concerne les lignes, l'état du matériel roulant, le nombre d'agents et leur profil, pour que les opérateurs intéressés aient en tête la masse salariale", a détaillé Laurent Vercruysse, directeur général des services.

"Il y a obligation pour la SNCF de transmettre ces éléments"

"Aujourd'hui, on n'a pas ces informations". Selon lui, SNCF Mobilités "s'abrite derrière la nécessité en termes de concurrence de ne pas donner d'informations aux concurrents". "Sauf que la loi est claire, il y a une obligation pour la SNCF de transmettre ces éléments, d'où la saisine de l'Arafer que l'on a faite la semaine dernière", assure-t-il.

La région, présidée par Xavier Bertrand (ex-LR), veut ouvrir à la concurrence une partie du transport ferroviaire régional car, à ses yeux, "la qualité du service de la SNCF s'est...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi