Ouverture à Bruxelles du procès d'un Rwandais accusé de "crime de génocide"

franceinfo avec AFP

C'est le cinquième procès en Belgique lié au génocide rwandais depuis 2001. Mais pour la première fois, l'accusé doit répondre de "crime de génocide". La cour d'assises de Bruxelles a entamé jeudi 7 novembre l'examen des charges pesant sur Fabien Neretsé, un ancien haut fonctionnaire rwandais, hutu, qui va être jugé pendant six semaines. Il est accusé d'avoir pris part au génocide de 1994 dans son pays. L'intéressé nie toutefois les faits.

Interpellé en 2011 en France, où il vivait depuis une dizaine d'années en Charente, il n'a effectué que quelques mois de détention provisoire. Il comparaît libre à ce procès, où il encourt la réclusion à perpétuité. L'acte d'accusation présente Fabien Neretsé comme "un suspect de première catégorie, c'est-à-dire la catégorie des planificateurs du génocide". Son nom figure sur une liste officielle des autorités rwandaises datant de 2001.

Des proches de victimes présentes au procès

Une dizaine de proches de victimes étaient présents à l'ouverture de l'audience, parmi lesquels Martine Beckers, une Belge de 70 ans, dont la soeur, le beau-frère (un Rwandais de la minorité tutsi) et la nièce de 20 ans comptent parmi les victimes présumées de l'accusé. Ces trois membres d'une famille belgo-rwandaise ont été (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi