ʻOumuamua n'est pas une preuve de l'existence d'extraterrestres, selon des experts

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

On se souvient du beau cadeau  pour le centenaire de la naissance d'Arthur Clarke (le 19 mars 2018, il y a exactement dix ans que l'auteur de 2001 : L'Odyssée de l'espace nous a quittés) qu’a représenté la découverte le 19 octobre 2017 d’un objet incontestablement sur une trajectoire interstellaire, le premier jamais détecté à venir d'au-delà de notre Système solaire : 1I/2017 U1.

Il est plus connu désormais sous le nom de ʻOumuamua (« messager venu de loin et arrivé le premier » en hawaïen) et ses étonnantes caractéristiques ont suggéré qu’il pouvait s’agir d’une véritable sonde interstellaire provenant d’une civilisation extraterrestre avancée. La découverte de ‘Oumuamua, faisait d’ailleurs irrésistiblement penser à celle de Rama dans le roman Rendez vous avec Rama d'Arthur Clarke. L’immense majorité de la communauté scientifique considère depuis un moment déjà que cette hypothèse a été réfutée.

Beaucoup d’astronomes sont donc particulièrement agacés par l’insistance d’Abraham Loeb à son sujet. Président du département d'astronomie à l'université de Harvard (États-Unis) de 2011 à 2020 et très impliqué dans le projet Breakthrough Starshot — une nanovoile photonique propulsée par des faisceaux laser à destination des étoiles les plus proches du Soleil, dans le système d'Alpha du Centaure —, l’astrophysicien continue à défendre cette thèse dans un livre, traduit par Charles Frankel et qui vient de paraître aux éditions du Seuil sous le titre Le premier signe d’une vie intelligente extraterrestre comme Futura l’expliquait dans un précédent article.

Dans celui-ci, nous expliquions que Loeb lui-même reconnaissait qu’il y avait tout de même une dimension spéculative à prendre avec précaution en ce qui concerne les idées qu’il défend. Mais, pour beaucoup, la messe est dite et les arguments contre celles-ci sont suffisamment forts pour qu’il ne soit guère rationnel, surtout dans le climat actuel marqué par la pseudo-science populiste, de justifier la publication de son...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura