Oui, l'alimentation joue un rôle dans l'apparition du cancer de la prostate, selon une étude

·2 min de lecture
panier de lAgumes juste sortis du potager

Une équipe de recherche canadienne a établi un lien entre de mauvaises habitudes alimentaires et la survenue d’un cancer de la prostate.

Avec 50 430 nouveaux cas estimés en 2015 en France métropolitaine, le cancer de la prostate est le plus fréquent chez les hommes. Au regard d’une nouvelle étude réalisée au Canada par l’Institut national de la recherche scientifique, certaines habitudes alimentaires seraient bien liées à un risque plus important de souffrir d’un cancer de la prostate. Les conclusions ont été publiées par le journal scientifique “Nutrients”.

L’équipe de recherche, menée par la professeure Marie-Élise Parent, a épluché les données d’une enquête menée à Montréal entre 2005 et 2012 auprès de quelque 4 000 hommes. “On essaie d’accumuler les évidences scientifiques, on veut avoir le plus d’études possible, pour essayer de faire des recommandations de santé publique, donc ici il y a un certain poids intéressant”, a rapporté la première auteure de l’étude, la doctorante Karine Trudeau, citée par le Huffington Post Québec.

Dans le cadre de cette étude, tous les participants ont donné des informations sur leurs habitudes alimentaires. En fonction des réponses, ils ont ensuite été classés en trois catégories : une alimentation riche en fruits, protéines végétales et légumes, un régime occidental avec du sel et de l’alcool comprenant davantage de viandes et de boissons alcoolisées, et, enfin, un modèle occidental qui se distingue par une forte consommation de pâtes, de pizzas, de desserts sucrés et de boissons gazeuses.

Mixer les fruits, les légumes et les noix

Résultat ? Le respect d’une alimentation saine a été associé à une diminution du risque de cancer de la prostate. À l’inverse, le modèle occidental avec des sucreries a été associé à un risque plus élevé de souffrir d’un cancer de la prostate. Ce régime alimentaire semblait également favoriser l’apparition d’une forme plus agressive de la maladie. “Il y a eu une surprise. Ça a été une surprise qu’il n’y ait aucune association, ni positive ni négative, avec le régime alimentaire occidental salé et riche en alcool”, révèle Karine Trudeau. En effet, les chercheurs pensaient que ce profil alimentaire serait associé à une augmentation du risque de cancer de la prostate.

Alors, que mettre dans son assiette ? Pour diminuer le risque, il serait donc recommandé d’opter pour des fruits, des légumes, du tofu, des yaourts et des noix. “Je crois que (le risque plus élevé de cancer) peut être lié au niveau de la transformation des aliments. Des aliments plus transformés vont avoir plus de molécules qui peuvent être néfastes pour la santé”, conclut Karine Trudeau.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :