Ouganda : Facebook purge les comptes de responsables du pouvoir

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
A man reads newspapers reporting about Uganda's upcoming elections at a kiosk in Kampala, Uganda, on January 4, 2021. - Uganda gears up for presidential elections which is scheduled to take place on January 14, 2021, as President Yoweri Museveni seeks another term to continue his 35-year rule. (Photo by SUMY SADURNI / AFP)
A man reads newspapers reporting about Uganda's upcoming elections at a kiosk in Kampala, Uganda, on January 4, 2021. - Uganda gears up for presidential elections which is scheduled to take place on January 14, 2021, as President Yoweri Museveni seeks another term to continue his 35-year rule. (Photo by SUMY SADURNI / AFP)

Si la décision prise par Twitter de supprimer le compte personnel de Donald Trump suscite un vif débat dans le monde, en Afrique aussi les Gafam agissent et sévissent. Facebook a fermé ces derniers jours les comptes de plusieurs responsables gouvernementaux ougandais accusés d'interférences dans le débat public, à l'approche de l'élection présidentielle qui doit se tenir jeudi dans ce pays d'Afrique de l'Est. Il faut dire que le climat politique est tendu, alors que le président sortant Yoweri Museveni, 76 ans dont 35 à la tête du pays, se présente pour un nouveau mandat face à dix autres candidats, dont l'opposant Bobbi Wine, 38 ans et star de la chanson devenue député. « Ce mois-ci (janvier), nous avons fermé un réseau de comptes et de pages en Ouganda qui étaient impliqués dans un comportement inauthentique coordonné visant à influer sur le débat public en amont de l'élection », a indiqué dans un courriel à l'Agence France-Presse la responsable de la communication de Facebook pour l'Afrique subsaharienne Kezzia Anim-Addo. « Ils utilisaient de faux comptes ou des comptes dupliqués pour gérer des pages, commentaient le contenu d'autres personnes, se faisaient passer pour des utilisateurs, partageaient des contenus dans des groupes pour les faire apparaître plus populaires qu'ils n'étaient », a précisé la responsable. « Étant donné l'imminence de l'élection en Ouganda, nous avons réagi rapidement pour enquêter et faire tomber ce réseau. Nous avons découver [...] Lire la suite